Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 21:40

 

 

Après  Orgueil et Préjugés, j’ai continué ma découverte de Jane Austen avec Northanger Abbey puis Mansfield Park et enfin Raison et sentiments ; et je ne suis pas déçue !

 

 

 

Northanger Abbey, en particulier, a été un joli coup de cœur ! Ce roman est une œuvre un peu différente des autres romans que j’ai pu lire de Jane Austen. 

 

Catherine Morland, à 17 ans, est une héroïne en devenir.  Passionnée de romans de romans gothiques et "spécialiste" en la matière, elle est toutefois on ne peut plus naïve dans la vie quotidienne.  Lorsque les Allen, couple sans enfants, décident de l'amener à Bath pour la saison, Catherine rêve de voir sa vie d'héroïne commencer.   


Le ton à la fois ironique et bienveillant de l’auteur est unique et bien senti. Ce court roman est un prétexte pour Jane Austen qui s’amuse (et nous amuse) en caricaturant les romans gothiques. Mais, sauf erreur de ma part, on sent chez elle un petit quelque chose d’admiration pour ces romans, à travers le personnage de Catherine notamment mais pas seulement. Aussi la critique se fait elle drôle et gentille, et donc très agréable !

 

Par ailleurs, les ambiances créées entre la modeste demeure des Morland, l’agitation fiévreuse de Bath et la splendeur austère de Northanger apportent ce qu’il faut de variations, de rebondissements et forment un tout fort sympathique. 

 

Mais je pense que le charme de ce roman tient à des personnages tous plus aimables les uns que les autres ! Quoique non, en fait, certains sont détestables… Mais les gentils le sont tellement (adorables), jusqu’à la naïveté que c’en est touchant et que cela donne une intrigue « trop mignonne » ! Catherine est très attachante dans son ingénuité. On suit avec plaisir sa découverte du monde, ses aventures, ses joies et ses déboires. Henry Tilney est un personnage, s’il n’est pas aussi approfondi que d’autres personnages masculins de Jane Austen, est du moins vraiment aimable, sans part d’ombre. On ne sombre pas dans le cliché de l’homme blessé et ténébreux. Bref, pour ma part, il tient pour l’instant la première place de mon classement des héros de Jane Austen !

 

Certes, l’histoire n’est pas novatrice, le dénouement est prévisible… Mais quel bonheur d’accompagner Jane et ses personnages dans cette histoire !

♥♥♥♥♥

 

 

 

 

Plus tard, je me suis plongée dans l’univers de Mansfield Park. Je trouve remarquable la manière qu’a Jane Austen de créer des schémas si similaires dans ses différents romans et d’en faire à chaque fois pourtant un univers particulier que l’on découvre avec plaisir !

 

Fanny Price a été accueillie à Mansfield Park par son oncle et sa tante alors qu'elle avait 10 ans, ceux-ci souhaitant rendre service à sa mère qui, ayant fait un imprudent mariage, avait de la difficulté à faire vivre sa nombreuse famille.  Elle grandit donc auprès de ses deux cousines - Maria et Julia - et ses deux cousins - Tom et Edmund - tout en étant toujours traitée comme une parente inférieure par tous à l'exception d'Edmund.   La très vertueuse Fanny voit bientôt ses sentiments pour Edmund passer de la simple affection à l'amour mais l'arrivée à Mansfield de Miss Crawford - de laquelle s'éprendra Edmund - et de son frère viendra causer beaucoup d'émois aux habitants de Mansfield Park.

 

Cependant, j’ai personnellement trouvé Mansfield Park un peu en deçà de mes deux précédentes lectures. Ce roman est un peu plus long et sa lecture s’est révélée plus laborieuse. Je mets en grande partie cela sur le compte de personnages moins attachants, à la fois plus longuement et moins précisément décrits. J’ai par-dessus tout trouvé Fanny terne et presque ennuyeuse. Je n’ai commencé à lui porter de la sympathie que sur la fin du roman. Pour Edmund, ce fut l’inverse, s’il m’a charmé au début, son aveuglement et ses tergiversations m’ont agacée au fur et à mesure que l’histoire avançait. En outre, je trouve que peut-être le roman gagnerait à être quelque peu abrégé, avec moins de rebondissements qui donnent plus une impression de tourner en rond que de dynamiser l’intrigue (la mise en scène de la pièce de théâtre par exemple m’a paru lourde et peu à propos ; en fait, la volonté d’insérer une dimension de critique sociale était assez malvenue selon moi, ici).

 

Ceci dit, j’ai apprécié cette lecture de par l’atmosphère créée, les personnages secondaires et les « méchants » bien travaillés, et toujours pour la plume de Jane Austen, piquante et tendre à la fois !

♥♥♥♥♥

 

 

 

Enfin, j’aimerais parler de mon véritable coup de cœur : Raison et sentiments !

 

En amour comme en tout, rien n’a changé depuis le XIXème siècle. Si la fougueuse Marianne s’abandonne à une passion qui menace de lui brûler les ailes, la sage Elinor prend le risque de perdre l’amour à force de tempérance ? Raison et sentiments : impossible équation ? Les deux jeunes femmes devront apprendre de leurs vacillements. Pour le meilleur et pour le pire. 

 

C’est bien simple, j’ai tout aimé ! Je n’y pas retrouvé les quelques points négatifs qui avaient pu me gêner dans Orgueil et préjugés. 

 

En réalité, je ne sais pas trop comment décrire mes impressions… J’ai trouvé ce roman parfaitement mené avec des personnages emblématiques, une intrigue pleine de revirements bienvenus, une écriture fine et nuancée pour une Angleterre fascinante de la campagne sauvage à l’agitation londonienne ! 

 

Evidemment, l’auteur nous parle encore de jeunes filles de bonnes familles mais sans le sou et de leurs amours ; cependant, le charme opère toujours et d’autant plus dans Raisons et sentiments. Pour ma part, j’ai été particulièrement sensible à la relation entre Marianne et Elinor, par les similitudes entre leurs situations et leur manière différente d’affronter les obstacles. Je ne parviens pas à choisir mon camp définitivement entre les deux sœurs mais je crois que je me vois plus en Elinor : d'abord parce que je dessine mieux que je ne chante ^^ et puis parce que l’élu de son cœur, tout comme sa vision du bonheur me parlent davantage que ceux de  Marianne. 

 

De ce roman, les seuls reproches que je pourrais faire sont le manque de développement de certains personnages secondaires et une fin un peu rapide (voire beaucoup trop rapide pour Marianne). Le reste est parfait !

♥♥♥♥♥

 

 

Je suis triste de penser qu’il ne me reste que quelques romans de Jane Austen à découvrir… Il faudra ensuite se contenter du plaisir de la relecture !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alice 30/08/2013 17:21

Il est certain que j'aimerais pouvoir découvrir Jane Austen pour la première fois encore et encore mais tu verras, la relecture est également un grand plaisir dans son cas, car il y a toujours des sens cachés à découvrir :)

Syl. 03/06/2013 19:04

Oui... nous aussi, nous en sommes à une relecture ! je n'ai pas aimé Mansfield Park. Quand je dis "pas aimé" ça signifie... bien moins que les autres romans ! Il me reste Sandition.
As-tu lu Gaskell ? On retrouve un peu l'âme de Jane.

Petite Aurore 03/06/2013 20:11



J'ai cru comprendre en effet que Mansfield Park faisait moins l'unanimité mais cela reste un roman de qualité. Je n'ai rien lu de Gaskell mais j'en ai entendu parler et je compte découvrir
bientôt !



Présentation

Catégories

Sans titre

Sans titre-copie-2

blog

b

5

6

4

8

Recherche

Archives